Mon avis sur la surface Pro 3, I7, 8Mo de RAM

surfacepro3

Ma surface Pro 3, I7, 8Mo de RAM est arrivée

Cela fait des années que je lorgne sur les tablettes, sans être vraiment convaincu, qu’elles soient de la pomme ou du petit robot.
Il faut dire que le cartable commence à être lourd : un ordinateur, une tablette et un téléphone, qui a tendance à être de plus en plus gros. Pour moi, il y en a au moins de trop.

C’est aussi le parti pris de Microsoft qui nous affirme que Surface Pro 3 est LA tablette qui va remplacer l’ordinateur.

UPS vient de me livrer le colis.

Déballage

La finition est tout à fait correcte, façon aluminium brossé. L’alimentation est de taille modeste avec une prise USB pour y recharger un téléphone. Je regrette toutefois que le câble ne soit pas disposé de façon à être enroulé comme sur les nouvelles alimentations DELL.
Le Type Cover se fixe par magnétisme avec un clac franc et massif, tout comme l’alimentation d’ailleurs.
Je mets les piles dans le stylet et en avant !

Appuyage sur le bouton démarrer

La bête démarre en un quart de seconde.
L’installation et l’initialisation sont un jeu d’enfant, surtout quand l’utilisateur est habitué à Windows 8.1.
Les paramètres et les quelques applications installées sur mon Dell sont rapidement récupérées grâce à mon compte Microsoft.

La première chose qui frappe : C’est la dalle. Elle est magnifique !
Les couleurs sont fidèles, la luminosité peut faire face à toutes les conditions d’éclairage.
Et avec ses 2100 pixels, on devine tout de suite que les résultats vont être somptueux.
On devine aussi très vite qu’il va falloir régler l’affichage, parce que c’est vraiment petit, petit, tout petit !!
Mais qu’à cela ne tienne, même pas peur, j’ai un bon Ophtalmo.

Le Type Cover est un clavier tout à fait correct. Evidemment, pour une utilisation soutenue, on va préférer un clavier additionnel. Mais il est bien plus performant que celui de la surface Pro 2 et permet de travailler sans problème en situation de mobilité.
De plus il se désactive lorsqu’on le retourne afin d’utiliser l’engin en mode tablette.

L’utilisation du stylet est bluffante et One Note prend enfin tout son sens. Il devient facile de prendre des notes à la main, de faire des schémas ou d’annoter des documents. Tout cela se synchronise parfaitement avec mon OneDrive. Exit donc Evernote.
Par ailleurs, l’ensemble stylet-écran fait une excellente palette graphique particulièrement performante lors de l’utilisation de logiciels tels que Photoshop ou LightRoom.

En utilisation soutenue, la machine tient toutes ses promesses. Visual Studio et PhotoShop fonctionnent correctement, sans plus de latence que mon dell XPS 13 doté des mêmes composants.
L’utilisation d’un dock ne pose aucun problème. J’utilise un dock générique avec Display Link et deux écrans full HD supplémentaires.
Le pari qui consiste à dire que Surface est un vrai ordinateur me semble gagné.

Il suffit de retourner le clavier pour se retrouver en mode tablette. L’interface métro prend alors tout son sens. Les applications bureautiques installées sont efficaces et rapides. On accède aisément à son compte Exchange et les fichiers PDF s’ouvrent dans un applicatif qui offre une excellente qualité de lecture.
Le support adaptable situé à l’arrière de l’appareil permet de régler l’inclinaison avec précision. Il est donc aisé de poser la tablette sur ses genoux et de l’utiliser confortablement. Le clavier tactile est très confortable et permet de rédiger des textes longs sans difficultés.
L’écran tactile est particulièrement souple et agréable à utiliser. En situation de lecture, c’est un vrai bonheur. Le zoom se manipule avec aisance et facilite la lecture.
La lecture des vidéos est très confortable. VLC propose une application RT gratuite, performante pour la lecture des fichiers.

 icon-thumbs-o-down Quelques critiques s’imposent néanmoins

Il n’y a pas de GPS. Cela interdit toutes les applications de géolocalisation. C’est très dommage.

Les applications RT ne s’arrêtent jamais vraiment. Elles demeurent en tache de fond et finissent par consommer de la ram. Mais ce parti pris permet un redémarrage quasi instantané de ces applications.

Les applications qui consomment les services Exchange créent un second cache en plus de celui d’Outlook. L’espace disque peut se trouver impacté. C’est également le cas de OneDrive for Business en version RT.

L’activité du processeur est relativement importante en toutes circonstances. Le moindre click sur l’écran provoque un bon de l’activité du processeur. Cela dit, et malgré une utilisation intensive de Visual Studio 2013 (pour notamment réaliser des sites Ecommerce en .net ou du développement sous SharePoint), les ventilateurs ne s’allument que rarement et je n’ai jamais été confronté un arrêt du système pour cause de surchauffe.

Si le confort d’utilisation est vraiment optimum, la Surface pro 3 demeure une grande tablette de 12 pouces pour 800 grammes et ça peut finir par être encombrant. Lire en bouquin en tenant à bout de bras la tablette sur la plage me semble un exercice réservé aux culturistes.

La gestion de la veille est plus celle d’un pc que celle d’une tablette. En fait la critique réside dans le manque de stabilité du processus. Ça marche souvent. Et quand ça marche, ça marche très bien. La sortie de veille est ultra rapide. Mais il arrive trop souvent que la sortie de veille s’accompagne de désagréments imprévus : des applications qui ne démarrent plus, l’arrêt ou le redémarrage qui plantent, apparition du bios…

Enfin, et pour terminer, il faut aborder la question du support. J’ai eu à l’appeler car le mode veille avait disparu. L’option n’apparaissant plus nulle part. D’ailleurs, la commande powercfg -a indiquait clairement que le mode veille n’était plus pris en charge par le microsystème.
C’est pour le moins gênant pour une tablette.
Je contacte donc le support via le chat en ligne.
On m’incite à décrire mon problème, ce que je fais avec force détails.
Le chat démarre et un opérateur me pose quelques questions en lien avec la date et le lieu d’achat. Puis, il m’envoie un lien où je peux télécharger une image afin de restaurer la tablette dans son état original.

J’ai fini par trouver la cause du problème. Lors de l’installation de Visual Studio 2013, le SDK Windows phone installe une couche hyper V et c’est ce composant qui inhibe la mise en veille. Une simple instruction en ligne de commande règle le souci. Nulle besoin de réinstallation.
Alors, je me demande vraiment à quoi sert le support ? Est-ce qu’il y en a qui ne parviennent pas à trouver le bouton démarrer ?

Pour conclure

La surface Pro 3 I7-8go de ram est une belle machine qui tient toutes ses promesses. Un ordinateur de travail puissant et performant et une tablette grand format haut de gamme.
A 1700 euros environ avec le Type Cover et quelques accessoires, cela reste un achat conséquent. On se situe dans les tarifs des Mac book air… Mais pour moi, il n’y a pas photo, la Surface offre des fonctionnalités et un confort d’utilisation sans commune mesure.

Partager cet articleTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

1 Response

  1. Guy KOMAN dit :

    Tout à fait d’accord.

    Merci pour le tuyau sur la réactivation de la mise en veille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Un projet, des idées, des envies, des questions? Contactez-nous